ILOT 8C LES PERRIÈRES LA CHAPELLE-SUR-ERDRE (44)

30 LOGEMENTS COLLECTIFS EN ACCESSION SOCIAL

Moa :
NANTES METROPOLE HABITAT
Avancement :
Lauréat de concours en mai 2019
Mission :
Maîtrise d’œuvre complète
Surface plancher :
2 107 m²
Coût travaux HT :
3 709 3000 €
Moe :
Naonec (économie), Solab (fluides), IBA (structure), ITAC (acoustique), Coache Paysage (paysage)
Performance :
E3C2 + Biosourcé niveau 2
Localisation :

Situé au nord de la Chapelle-sur-Erdre, le long de la vallée du Rupt et non loin des rives de l’Erdre, le quartier des Perrières se caractérise par sa forte inscription au sein de la trame paysagère existante, et vise à répondre à une demande accrue d’équilibre entre ville et nature. La ZAC, dont la construction a débuté en 2005 et qui regroupera à terme 1300 logements et plusieurs équipements publics, a reçu le prix EcoQuartier 2009 (catégorie Biodiversité urbaine & nature en ville).

Le projet de l’ilot 8C, engagé par Nantes Métropole Habitat, vient compléter la diversité d’offres de logements avec la création de 30 logements locatifs sociaux, tout en prolongeant les intentions environnementales et paysagères fortes portées par la ZAC.

 

Inscription urbaine et paysagère

Situé en entrée de ZAC sur la rue Foulquier, l’ilot 8C apparaît comme un ilot de transition entre une forme collective d’habiter (l’ilot 8B) et des formes plus individuelles : les nouvelles maisons groupées à l’ouest et le tissu pavillonnaire existant au sud, le long de l’allée des Simmonières. La composition urbaine du projet découle directement de ce contexte, en venant occuper le nord de l’ilot avec un bâtiment collectif R+3 de 24 logements, de facture urbaine, adossé à la rue, et une construction d’un gabarit similaire aux maisons voisines (R+1) en cœur d’ilot, regroupant 4 logements individuels.

La forte déclivité du terrain naturel permet d’insérer un stationnement semi-enterré, accessible depuis le bas de la rue Foulquier, devenant peu à peu invisible à mesure qu’il s’inscrit dans la pente. Depuis les espaces habités du cœur d’ilot, la présence de la voiture est donc rendue la plus discrète possible, au profit d’un paysage de grande qualité.

L’ilot est volontairement maintenu ouvert et traversable, sans limite et sans appropriation privative des espaces extérieurs de logements en rez-de-chaussée. Les aménagements de la ZAC et de l’ilot fabriquent une continuité de paysage dans lesquels les accès aux logements et à leurs annexes (stationnements véhicules, locaux vélos, locaux communs) sont multiples et diversifiés : depuis la rue par le hall commun ou directement par les coursives extérieures, depuis les cheminements transversaux à l’est et à l’ouest, ou encore depuis l’allée des Simmonières au sud. La perméabilité complète de l’ilot permet également de connecter au plus près le projet avec les usages du quartier (gare de tram-train, espaces de jeux et de promenade).

 

Formes urbaines, modes d’habiter et approche environnementale

L’orientation plein sud de la parcelle facilite une implantation bioclimatique des constructions, avec une majorité de logements traversants nord-sud, ou à double orientation, et bénéficiant de prolongements extérieurs confortables. La diversité des typologies de logements (du T1 au T6, dont 3 logements gérés par la Résidence Erdam de l’ADAPEI) et la diversité des modes d’accès à ces logements fabriquent des occasions quotidiennes de croisement qui participent à la dynamique de l’ilot et du quartier.

La composition de l’ilot garantit, de fait, une véritable qualité d’ensoleillement pour tous les logements, et permet pour chacun d’eux de bénéficier de profondeurs de vue depuis l’intérieur vers le paysage environnant. Le gabarit des formes urbaines permet d’organiser peu de logements par niveau et par bâtiment, et de typologies variées, offrant une échelle de voisinage conviviale. L’ensemble des logements sont accessibles aux Personnes en Situation de Handicap.

 

Les intérieurs de logements privilégient les pièces de vie d’angle et de grande surface, limitant les circulations et intégrant, dès que possible, un espace de rangement. Les espaces extérieurs (balcon, loggia, terrasse) constituent, quant à eux, de véritables prolongements aux logements. De dimensions appropriées, ils offrent des lieux confortables au quotidien, en garantissant une intimité d’usage, sans covisibilités directes.

 

L’architecture simple et pérenne des constructions (béton lasuré, bardage bois pré-grisé, ouvrages métalliques simples) permet une inscription du projet dans le temps long, tout en privilégiant l’emploi de matériaux sains et durables.

La compacité des bâtiments prolonge l’approche performancielle globale en évitant la multiplication des parois déperditives : le long de la rue Foulquier, les collectifs se décomposent en deux bâtiments R+3 aux compositions de parois distinctes (béton + ITI / béton + ITE+ bardage bois) ; au sud, les logements individuels sont regroupés dans une seule et même construction bois (ossature + bardage).

Pour le confort d’hiver, les logements collectifs bénéficient d’une chaudière bois collective (chauffage + eau chaude). Les logements individuels fonctionnent, eux, de manière indépendante avec un poêle à bois dans la pièce de vie pour le chauffage (appoint électrique) et un ballon d’eau chaude thermodynamique. Le confort d’été apporté par les parois extérieures est lui complété par la mise en place de protections solaires extérieures.

L’ensemble des dispositions techniques mises en place garantissent l’atteinte du niveau E3C1 exigé par la ZAC, avec un taux de couverture en énergie renouvelable à hauteur de 40% des consommations totales (énergie primaire).

 

Le paysage, lieu d’habitat de la biodiversité

Les stratégies paysagères développées sur le projet de l’ilot 8C visent à créer, en parallèle des lieux de vie des futurs habitants, un lieu de vie pour les plantes et les animaux : limitation au maximum de l’imperméabilisation des sols pour assurer la ressource en eau aux végétaux sans arrosage ; plantation généreuse des zones végétalisées et diversité floristique pour une grande biodiversité ; choix botaniques inspirés des essences locales pour garantir la cohérence et la pérennité du paysage ; accompagnement dans la gestion respectueuse et différenciée des végétaux, en période d’exploitation, pour garantir leur épanouissement à long terme.

 

A travers ses architectures et son paysage, l’ilot 8C imagine la création d’un lieu de vie apaisé pour ses habitants.

Perspectiviste : Solène Jacob / SOJI